10 novembre 2015

Le liseur du 6h27

"La rame vint s'immobiliser contre le quai en crissant de tous ses freins. Guylain s'arracha à la ligne blanche et escalada le marchepied. L'étroit strapontin à droite de la porte l'attendait. Il préférait la dureté de l'abattant orangé au moelleux des banquettes. Avec le temps, le strapontin avait fini par faire partie du rituel. L'acte d'abaisser son assise avait quelque chose de symbolique qui le rassurait. Alors que le wagon s'ébranlait, il tira de la serviette de cuir qui ne le quittait jamais la chemise cartonnée. Il l'entrouvit... [Lire la suite]
Posté par en rose bonbon à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2015

Tombée du ciel

"Je perçois que c'est le début d'une belle aventure que l'on ne peut pas garder pour soi. Une aventure humaine incroyable qui nous poussera dans nos retranchements, nous obligera à laisser de côté toutes nos peurs, nos idées reçues, pour finalement extraire l'essentiel : se demander ce que nous faisons de notre vie et où cette vie doit nous conduire." C'est l'histoire d'un chemin. L'histoire du chemin qui relie Marie à la famille Noël. C'est l'histoire d'un combat. Le combat pour optenir l'agrément conduisant à l'adoption. C'est... [Lire la suite]
Posté par en rose bonbon à 15:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 septembre 2015

Au revoir là-haut

"En même temps, attendre, c'est ce qu'on fait depuis la fin de la guerre. Ici, c'est un peu comme les tranchées finalement. On a un ennemi qu'on ne voit jamais, mais qui pèse sur nous de tout son poids. On est dépendant de lui. L'ennemi, la guerre, l'administration, l'armée, tout ça, c'est un peu pareil, des trucs auxquels personne ne comprend rien et que personne ne sait arrêter." Survivants miraculeux des tranchées, Albert et Édouard vont vivre la cruauté de l'apres-guerre où on honore ses morts mais ignore ses vivants. Une... [Lire la suite]
Posté par en rose bonbon à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2015

Les jours de Pépin

"On dit que le chant des sirènes rendait fou. Ton chant à toi, Pépin, est une longue suite de bourdonnements, feulements, vagissements, grommèlements, mugissements, râles et glapissements. Comment a fait Noé pour supporter tout ce tintamarre pendant quarante jours et quarante nuits ? A bout de forces, je me mets moi aussi à pleurer comme un bébé. Moi aussi je voudrais bien prendre le large. Je regarde la pluie tomber sur mon arche, en pensant qu'elle va bien finir par s'arrêter un jour." "Tu seras peut-être étonné, Pépin, mais c'est... [Lire la suite]
Posté par en rose bonbon à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2015

Juste avant le bonheur

"- Tu peux me dire où on va ? - Dans un presbytère. - Pour quoi faire ? - Une confession de dernière minute. - Tu te fous de moi ? S'énerve Jérôme. - Pas loin, mais je repousse au maximum le moment de te dire qu'on passe chercher quelqu'un qui nous accompagne. - Qui ça ? Aboie le fils. - Une femme charmante. - Tu ne m'avais pas dit que tu avais rencontré quelqu'un. Tu aurais au moins pu me demander mon avis. - C'est tout récent, s'excuse presque Paul. - C'est à dire ? - Une semaine. - Une semaine et tu l'invites à venir passer des... [Lire la suite]
Posté par en rose bonbon à 09:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 juin 2015

Mississippi

"Quand je pense à la ferme, je pense à la boue. Elle bordait les ongles de mon mari et encroûtait les genoux et les cheveux des enfants ; s'accrochait à mes pieds avec le même bruit de succion qu'un nourrisson affamé au sein ; déployait des empreintes de bottes sur le plancher de la maison. Avec elle, impossible d'avoir le dessus. Elle recouvrait tout. Je rêvais en marron." Welkomme to Mississippi, Boue, sueur, racisme, et champs de coton. C'est là où Henry entraîne Laura, sa femme, ses deux filles et son père acariâtre, pour... [Lire la suite]
Posté par en rose bonbon à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2015

1Q84 - 3

"C'était peut-être le bon moment pour s'en aller. Il s'était mis en congé, il était venu dans cette ville dans l'espoir de voir de nouveau une Aomamé de dix ans à l'intérieur d'une chrysalide de l'air. Et durant près de deux semaines, il s'était rendu chaque jour à l'hôpital et avait fait la lecture à son père. Mais la chrysalide de l'air n'était pas réapparue. A la place, à un moment où il s'était presque résigné, Kumi Adachi lui avait procuré une autre forme de vision. Tengo avait ainsi revu Aomamé sous l'apparence d'une fillette,... [Lire la suite]
Posté par en rose bonbon à 21:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 mars 2015

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom

"Tom installe Madeleine dans la brouette, la cale avec des coussins. Elle a du mal à marcher. Ça la fatigue trop. Là, il peut la promener facilement. Et elle peut surveiller tout ce qu'il fait, lui dire comment jardiner. Entre deux microsiestes, elle pointe avec sa canne... Limace à tribord... Marche pas là, pauv'malheureux ! Tu vas m'écraser le persil qu'essaye de lever... Là, y a un gourmand... Il sait maintenant que les gourmands sur les plants de tomates, il peut les tremper dans de l'hormone de bouturage et les planter pour faire... [Lire la suite]
Posté par en rose bonbon à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2015

Les souvenirs

"Au fil de mes visites, j'avais pris l'habitude de regarder les pensionnaires. De vraiment les regarder. De les considérer non pas comme des figurants de la maison de retraite, mais comme des hommes et des femmes qui avaient eu des vies. Des hommes et des femmes qui avaient reçu du courrier dans leur boite aux lettres, qui avaient eu des problèmes pour trouver une place de parking, qui avaient couru pour ne pas arriver en retard à un rendez-vous important, qui avaient eu des peines de coeur et des moments de jouissance, qui avaient... [Lire la suite]
Posté par en rose bonbon à 20:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 février 2015

La servante du Seigneur

"Sectaire, ça commence comme sécateur, ça coupe. Ça coupe des parents,ça coupe des amis,ça coupe du monde professionnel,ça coupe du monde tout court. Ma fille porte des cicatrices de ces coupures. Elle n'a plus ses racines, elle a renié son passé, elle oublie sa famille,ses amis, elle a tout rejeté. Elle s'est inventé une enfance malheureuse, elle n'aurait pas été comprise, elle n'aurait pas été prise au sérieux et, plus grave, elle n'aurait pas été aimée, elle nous l'a écrit." "Tu es encadrée dans le bureau vert, une vieille photo,... [Lire la suite]
Posté par en rose bonbon à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]