"La rame vint s'immobiliser contre le quai en crissant de tous ses freins. Guylain s'arracha à la ligne blanche et escalada le marchepied. L'étroit strapontin à droite de la porte l'attendait. Il préférait la dureté de l'abattant orangé au moelleux des banquettes. Avec le temps, le strapontin avait fini par faire partie du rituel. L'acte d'abaisser son assise avait quelque chose de symbolique qui le rassurait. Alors que le wagon s'ébranlait, il tira de la serviette de cuir qui ne le quittait jamais la chemise cartonnée. Il l'entrouvit avec précaution et exhuma d'entre les deux buvards rose bonbon qui trouvaient un premier feuillet. La pelure à demie déchirée et rognée dans son angle supérieur gauche pendouillait entre ses doigts. C'était une page de livre, format 13x20. Le jeune homme l'examina un temps avant de la reposer sur le papier buvard. Peu à peu, le silence se fit dans la rame. Parfois des "chut" réprobateurs retentissaient pour faire taire les quelques conversations qui peinaient à s'éteindre. Alors, comme tous les matins, après un dernier raclement de gorge, Guylain se mît à lire à haute voix."

Guylain Vignolles sauve les pages de livres rescapées en les lisant dans le RER de 6h27.
Assis sur son strapontin, il leur donne un dernier souffle. Curieux passe temps pour un homme bien seul qui va l'emmener vers d'originales et belles rencontres.

Un livre simple et optimiste.
Un bon moment, mais pas inoubliable...