"- Tu peux me dire où on va ?
- Dans un presbytère.
- Pour quoi faire ?
- Une confession de dernière minute.
- Tu te fous de moi ? S'énerve Jérôme.
- Pas loin, mais je repousse au maximum le moment de te dire qu'on passe chercher quelqu'un qui nous accompagne.
- Qui ça ? Aboie le fils.
- Une femme charmante.
- Tu ne m'avais pas dit que tu avais rencontré quelqu'un. Tu aurais au moins pu me demander mon avis.
- C'est tout récent, s'excuse presque Paul.
- C'est à dire ?
- Une semaine.
- Une semaine et tu l'invites à venir passer des vacances avec nous à l'autre bout de la France ! Explose Jérôme.
- Pourquoi pas ?
- J'ai pas envie de tenir la chandelle, moi ! Je suis venu pour autre chose.
- Ne t'inquiète pas. Ce n'est pas ce dont il s'agit. Elle pourrait être ma fille...
- Et pourquoi vit-elle au presbytère ?
- Parce que c'est là que la commune a installé des logements sociaux.
- Ah, parce que c'est un cas social en plus ? Punaise, mais qu'est-ce qui te passe par la tête ? C'est depuis que Marlène t'a quitté ? Tu te rachètes une conscience en aidant les pauvres ?
- Je n'ai aucune conscience à racheter et cette fille m'a touché, c'est tout.
- Où tu l'as trouvée ?
- Au supermarché.
- Non mais je rêve...
- On arrive. Reste dans la voiture si tu veux, moi, je vais la chercher."

J'ai commencé par trouver ce livre léger et sympa puis j'ai été complètement happé et je l'ai dévoré. Un conte des temps modernes avec des jeux de mots en guise de répliques et des personnages simples mais attachants. Un condensé de bons sentiments. Des sourires qui conduisent aux larmes. Un livre très beau, très triste !