"Quand je pense à la ferme, je pense à la boue. Elle bordait les ongles de mon mari et encroûtait les genoux et les cheveux des enfants ; s'accrochait à mes pieds avec le même bruit de succion qu'un nourrisson affamé au sein ; déployait des empreintes de bottes sur le plancher de la maison. Avec elle, impossible d'avoir le dessus. Elle recouvrait tout. Je rêvais en marron."

Welkomme to Mississippi,
Boue, sueur, racisme, et champs de coton.

C'est là où Henry entraîne Laura, sa femme, ses deux filles et son père acariâtre, pour vivre son rêve de culture et de terre.

Un roman sombre qui décrit la vie rude de personnages écorchés par la vie et la terre.
J'ai aimé découvrir cet univers. Le livre est bien écrit et entraînant. Mais que c'est gris !